L’oeuf mérite-il un appareil de cuisson dédié ?

Rédigé par Marion Germain, le 1 juillet 2013
Accueil » A LA UNE » L’oeuf mérite-il un appareil de cuisson dédié ?


ps2bd3g0Le cuit-œufs EK 3127 de Severin propose de cuire à la coque, mollets ou durs avec précision jusqu’à 7 œufs. Mais connaissez vous vraiment cet aliment qui vous veut du bien ? Voici un jeu de questions/réponses qui vous permettra d’en apprécier tous les bienfaits, et de vous convaincre qu’il mérite un appareil de cuisson dédié.

 

 

1/ L’œuf est il bon pour la santé ?

Avec 233 oeufs consommés en 2010, selon les estimations de l’ITAVI (institut technique de l’AVIcuture), le français demeure l’un des plus  gros consommateurs d’œufs de l’Union européenne. Alors heureusement OUI !

SNI_jaune-oeuf-600x367

=> L’œuf contribue à la construction et à la réparation des tissus corporels. C’est l’un des rares aliments à contenir des protéines complètes. Ces protéines contiennent les 8 acides aminés essentiels que le corps ne fabrique pas lui-même. Les muscles, les organes, la peau et les cheveux, de même que les anticorps, les enzymes et les hormones, sont tous faits de protéines.
=> L’œuf est riche en antioxydants. Les vitamines (A, E, D) – sont des alliés de taille pour lutter contre le vieillissement cellulaire et les maladies telles que le cancer.
=>L’œuf est bon pour la vue : la provitamine A présente dans l’œuf permet également la synthèse des pigments de l’œil et prévient ainsi les troubles de la vue. Elle améliore aussi la vision nocturne. La lutéine et la zéaxanthine aident à prévenir la dégénérescence maculaire liée à l’âge et diminuent les risques de cataracte.
=> L’œuf contre les dégénérescences du cerveau : la provitamine A protège les cellules cérébrales des dommages liés à l’âge et diminue les risques d’AVC et d’infarctus. Les Oméga 3, très présents dans l’œuf, sont aussi reconnus pour leur effet bénéfique sur le cerveau et le système cardio-vasculaire.
=> L’œuf est bon pour les os : l’œuf est l’un des rares aliments à contenir naturellement de la vitamine D. Cette vitamine joue un rôle majeur dans l’absorption active du calcium et du phosphore alimentaire au niveau intestinal.

Reste l’éternelle question sur le cholestérol : L’œuf, naturellement riche en cholestérol, a longtemps été accusé d’augmenter le taux de cholestérol sanguin. Or, la plupart des études menées ont démontré que l’apport de cholestérol alimentaire, notamment à travers une forte consommation journalière d’œufs (jusqu’à 3 par jour), n’a aucune influence sur la cholestérolémie de l’homme (pour près de 95 % de la population) et n’aurait donc aucune incidence négative sur le risque de maladies cardiovasculaires.

=>  Maintenant que vous êtes rassurés, le cuit -œufs vous permet d’en avoir toujours de disponibles pour un plein de vitamines !

 

Que reprocher à l’œuf ? Son pouvoir allergène qui touche essentiellement les jeunes enfants (30 % des allergies alimentaires chez les moins de 15 ans). Avec les poissons de mer, les cacahuètes, les noisettes, le lait de vache, etc., l’oeuf fait partie des quatorze allergènes alimentaires les plus fréquents en Europe faisant l’objet d’un étiquetage obligatoire dans les produits de consommation.

 

2/ L’œuf fait il grossir ?

NON.

L’œuf compte moins de 100 kilocalories pour 60 grammes dont 75 % d’eau, 13 % de protéines et 10,5 % de lipides.  Sa composition riche et variée en fait un des aliments préférés des nutritionnistes. Il fait partie des aliments essentiels dans les régimes sportifs ou amaigrissant. Il est prouvé par des expériences scientifique que l’œuf au petit déjeuner a un effet satiétogène (coupe faim) plus important que les produits à base de céréales.

La qualité de la protéine de l’œuf seconde la qualité de la protéine du lait maternel, loin devant la viande, l’œuf apporte également des minéraux et vitamines indispensables à beaucoup de végétariens.EK3127_Gemuese_product-large

=>Parfait pour commencer votre régime maillot ou biscotos avant l’été ! 2 en 1, le cuit œufs SEVERIN peut aussi être utilisé pour faire cuire à la vapeur des légumes.

 

 

3/ Peut on manger de l’œuf cru sans risque ?

OUI en respectant certaines règles.

En France, plus de la moitié des intoxications alimentaires collectives sont dues aux salmonelles. Pour éviter tout risque, les œufs devraient être rangés au réfrigérateur, dans sa partie la plus fraîche – et non la porte. Suivez également nos recommandations d’entretien de votre réfrigérateur.

Lors de la cuisson, la salmonelle est tuée dans l’œuf si sa température est maintenue à 70°C pendant une minute (le jaune est alors dur) ou bien à 60°C pendant 5 minutes (le jaune est toujours liquide). Pour manger des œufs pochés avec un jaune coulant sans risque, il suffit de laisser les œufs une fois pochés dans de l’eau à 65°C pendant 15 minutes.

 

=> La commande électronique de la durée du cuit œufs a la solution :  elle vous permet d’obtenir non seulement des résultats impeccables mais aussi de pouvoir parfaitement bien répondre en terme de précision de température et de temps à nos conseils.

 

4/ Comment bien cuire un œuf ?2013-06-27 21_27_43-Résultats Google Recherche d'images correspondant à http___www.touslescadeaux.co

On peut cuire ses œufs dans une casserole d’eau, au micro onde, au four, à la vapeur… mais toutes ne sont pas aussi précises et ne conservent pas les propriétés gustatives et organoleptiques de cette aliments de la même façon.

L’œuf coagule à 65 °C, une eau bouillante à 100 °C est inutilement agressive et rendra le blanc plus dur. (Source culinotest.fr)

=> Le cuit-œufs : la cuisson idéale pour le goût et la planète !

La cuisson à la vapeur du cuit-œufs se fait de façon douce et en dessous de 90°. Elle conserve toutes les propriétés et nécessite une plus faible quantité d’eau par rapport à l’immersion. Un doseur d‘eau gradué permet d’utiliser juste ce qu’il faut au bon fonctionnement de l’appareil.

 

5 / Pourquoi la coquille d’un œuf se casse facilement à la cuisson ?

En quelques 20 heures à 40°C, la température de la poule, la coquille d’oeuf devient suffisamment solide pour protéger l’embryon mais assez fragile pour permettre l’éclosion. Elle résiste à des pressions de plusieurs kilos et est parsemée de près de 10 000 pores qui permettent les échanges respiratoires de l’embryon. Et pourtant les œufs se cassent.  Pourquoi ?

3 raisons :

– le choc thermique : lorsqu’on passe un œuf qui sort du réfrigérateur directement dans de l’eau bouillante (ce qui devrait être éviter) on passe de de 3° à 100° et une seconde et la coquille de l’œuf peu se craqueler.

– L’œuf contient de l’oxygène emprisonné dans la coquille preuve en est des bulles d’air que vous voyez apparaitre  à sa surface lors de sa cuisson par immersion. Lorsque cette air est chauffé, elle crée une pression sur la coquille qui peut la faire craquer.

– Les œufs cuits dans une casserole peuvent s’entrechoquer et se fissurer.EK-3127_product-large

=>Un coquille bien gardée grâce au cuit œufs : une cuisson verticale dans un panier qui évitent que les œufs se cognent, la coquille résiste mieux avec une température qui montera lentement plutôt que de subir un choc thermique.

Un perce œuf est également fourni. Il permet de libérer l’oxygène contenu dans la coquille diminuant ainsi les risques de fissuration. Percer l’œuf à son extrémité, contribue en plus a obtenir une œuf dur bien rond sans base aplatie et un jaune bien centré pour des présentations parfaites.

 

6/ Œuf poché, coque, mollet ou dur ?

A l’état cru, les protéines de l’œuf ne sont digérées qu’à moitié tandis qu’après la cuisson, leur digestion est quasi-totale. Inversement, si le jaune est trop cuit, les protéines sont moins bien digérées. Plutôt qu’un œuf dur, l’idéal, c’est donc de manger un œuf poché ou mollet.

Pour rappel pour une cuisson dans de l’eau à partir de l’ébullition :  3min à la coque, 5 min mollet, 10 min dur

Pour des œufs pochés inratables plusieurs techniques sont proposées vinaigre, sel, tourbillon d’eau, transvaser l’œuf dans un bol avant de le mettre dans l’eau…

 

EK3127_pochierteEier_product-large

=> A vous les œufs pochés bien coulant et bien présentés dignes de l’école hôtelière. Le cuit-œufs est fourni avec 2 coques prévues pour les réussir facilement sans besoin d’additif ni coup de main expérimenté.

 

 

 

 

 

Principales caractéristiques cuit-œufs EK 3127 de Severin :

  • Puissance: approx. 400 W
  • Capacité / contenu: 1-7 œufs
  • Corps en inox de haute qualité
  • Résistance cachée par un fond plat en inox
  • Couvercle transparent
  • Poignée isolante

 

Disponible à la vente- Prix recommandé:  59,90€

 

Sources :

Clic et Bien être : les bienfaits de l’œufs

Dossier Mars 2013 de l’INRA  » l’œuf aux trésors » via Loué

La poulet au œufs d’or, site de recettes et d’information sur l’œuf

 

En savoir plus :  Comment bien choisir ses œufs ?

Catégorie A : oeufs de première qualité, “oeufs frais” destinés à la consommation humaine

NB « extra frais » signifie jusqu’à 9 jours après la ponte, « frais » jusqu’à 28 jours après la ponte

• On distingue des catégories de poids : XL, L, M (calibre de référence en cuisine), S.

• Ces oeufs portent un numéro liés au type d’élevage dont ils proviennent :oeuf-code

0 : élevage biologique > les poules sont élevées en plein air, leur alimentation répond aux normes de l’agriculture biologique.

1 : plein air > les volailles disposent d’une surface herbeuse de 2,5 m² minimum.

2 : sol > les poules sont “en liberté“ dans un bâtiment clos (1 m² pour 7)

3 : cage

 

Catégorie B : œufs conservés qui peuvent être vendus au public.

Catégorie C : œufs de deuxième qualité, déclassés, destinés aux entreprises de l’industrie alimentaire et non alimentaire.

 

Les labels :

 

• Le Label Rouge : créé en 1960 par le ministère de l’Agriculture, ce label atteste que les poules sont élevées dans les bâtiments où la densité est limitée à 9 individus par m², avec un accès de 5 m² par poule dans le cas du Label rouge “plein air” et de 10 m² par poule dans le cas du Label Rouge “libre parcours”. L’alimentation des poules est garantie 100 % végétale et composée de céréales à 65 % minimum.

 

• Le label AB : issus de l’agriculture biologique.

 

Commentez cet article